MonstreS

Création jeune public

Monstre

Monstre

IMG_0211_edited

IMG_0211_edited

Monstre

Monstre

Monstre

Monstre

Monstre

Monstre

Gorgones, diables ou encore géants en tous genres, chacun d’entre nous a une jour frissonné ou s’est émerveillé à l’évocation de ces créatures aussi monstrueuses que merveilleuses, qui peuplent notre imaginaire. Enfants comme adultes, nous les avons tous découvert dans les contes, la mythologie, la littérature ou le cinéma et avons conservé pour ces êtres une fascination en constant renouvellement ; Monstres diaboliques, folkloriques, volants, rampants, gluants, aquatiques, invisibles, poilus : l’imaginaire n’a plus de limite lorsqu’il s’agit d’évoquer des créatures dont l’apparence et le comportement semblent très éloignés de la « normalité »…

Pendant plusieurs mois nous sommes allés à la rencontre des enfants pour les interroger sur leur vision des monstres : « À quoi ressemble ton monstre ? Où habitent les monstres ? Quels bruits font les monstres ? As-tu déjà croisé un monstre ? »…

 

Au fil des questions, ces réponses ont donné lieux à des cycles d’ateliers thématiques où les monstres devenaient prétexte au mouvement, à la métamorphose, à détourner aussi certaines émotions liées à la peur avec humour et décalage mais également prétexte à traiter sur le rapport au monstrueux et à la différence : Le monstre pouvait dès lors se cacher dans un être imaginaire mais la monstruosité pouvait être cachée en des comportements bien réels, d’ailleurs n’avons-nous pas un petit monstre en chacun de nous ?

Nous avons senti le besoin d’incorporer toute cette expérience dans une création en duo afin de creuser au fond de nous et d’interroger nos propres petits démons en eaux troubles : Le monstre, au sens étymologique « mostrare » était alors l’occasion de montrer, mettre en lumière et en scène… La « monstruosité » devenait source de démesure dans le rapport aux normes imposées par la société. Le « monstrueux » quant à lui, était davantage perçu comme l’incarnation de multiples formes de tyrannie et d’inconnu qui continuaient de hanter notre subconscient. Mon monstre n’est pas le tien ni même celui d’un autre par contre l’objectif est peut-être le même pour tous : Le combattre, l’amadouer et/ou vivre avec...

Nous nous sommes plongés dans un corpus de textes envisagés comme le terreau qui avait fait jaillir autant de descriptions, de fonctions des monstres de notre enfance devenus universels, intemporels : des bribes de l’Odyssée, des extraits de contes qui avaient une importance particulière ou encore les films qui nous avaient marqué…Dès lors, il devenait curieux et étrange de réinvestir ces personnages avec distance, humour car ces monstres avaient façonné une partie de nous-même et participé à la construction d’un certain regard sur l’autre et le monde…

20220415_102359.jpg
IMG_0206.jpg
20220415_104311.jpg