Rechercher
  • Kelly

Rentrée danse…dense

Tâter la température d’une rentrée, en demi-teinte, à peine évoquée…


Une pensée pour tous ces enseignant-e-s, pédagogues passionné-e-s, qui sortent enfin d’une longue période…Souvent inconsidérés, jugés d’ailleurs « inutiles », bref, condamnés à se renouveler, chercher, innover, inventer, garder ce lien « quoiqu’il en coûte », en proposant des espaces de danse, sans être accessoirement rémunérés….Les grands abonnés absents des discours et des décrets…Ceux qui oeuvraient en silence, souvent isolés. À tous ces professeurs engagés, qui attendaient avec impatience cette fameuse rentrée. À ces « passeurs de culture » qui cherchent toujours aujourd’hui leurs élèves : absents ? Ne perdez pas votre « plussoyance » comme Alice et continuez d’œuvrer, de chercher, de proposer sans pour autant culpabiliser du contexte que vous subissez…


Chers directeurs, présidents, employeurs ne condamnez pas trop vite une porte de studio, cherchez les moyens, faites confiance, trouvez les solutions pour obtenir encore juste un petit sursis, le temps de réveiller toutes ces personnes assommées par les deux années passées, un soubresaut qui va certainement arriver. Ne fermez pas les portes des studios…L’offre et la demande ne sont pas les uniques logiques qui peuvent organiser le monde : Ne laissez pas la danse se dérouler exclusivement dans de grandes machines à gaz, couteuses, intéressées, soumises à la logique du marché et à l’unique rentabilité…N’oubliez jamais que les danseurs amateurs d’hier deviennent les grands chorégraphes de demain.


Chers danseurs amateurs, interrogez-vous sur le fait qu’une bonne couverture médiatique ne fait pas la qualité d’un cours ; Que prendre le risque d’être à nouveau privé de ce qui nous maintenait à flot vaut mieux que s’en abstenir et de ne rien vivre du tout…Le risque permet la surprise, régit la vie. Les habitudes, les pratiques culturelles s’effacent avec le temps mais se récupèrent avec le gout de l’effort, l’effort de se donner du temps, pour soi, un temps non « productif à tout prix », un temps où l’expérience et la curiosité enrichissent durablement la vie. Si la danse est en elle-même sa propre fin, est-il encore utile de clamer les différentes ouvertures qu’elle permet ? Devons-nous encore justifier par une fin extérieure ce qu’elle apporte en bienfait ? Doit-on inventer une série de nouveaux noms plus farfelus les uns que les autres, pour la définir, la nommer, pour vous prouver à quel point son apparente « inutilité » est pourtant plus qu’essentielle et se renouvelle, sans cesse par elle-même, et grâce à votre petite contribution personnelle ?


Alors, poussez les portes des petites, moyennes et grandes salles de danse ! Goûtez à ce plaisir du mouvement, passez par une multitude de chemins pour trouver votre équilibre, vous chercher, vous poser. Souvenez-vous : partager un espace avec d’autres danseurs, dans l’instant, en musique, en mouvement. Échangez des rires, des expériences, des sensations, des émotions… Un petit bonheur juste impalpable, indescriptible même insaisissable…Une richesse brut à l’état pure qui ne pourra jamais être remplacée par « nos écrans de fumée »…


Je mesure la chance que j’ai de mon côté mais vous souhaite à tous une très belle rentrée où la danse, j’en suis convaincue, va réussir à retrouver sa juste place, se rebâtir, se réinventer, continuer de se construire et d’évoluer en évitant, je l’espère, le maximum de dommages collatéraux pour y arriver…


64 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout